Mali : le beau-père du fils gagne le perchoir, IBK sur la sellette

Le président IBK photo:www.republicoftogo.com

Le président IBK photo:www.republicoftogo.com

Détournement de la Trinité– « Au nom du Père, du Fils et du …beau-père »-, accusation d’avoir un penchant royal et de népotisme et favoritisme… Depuis l’élection au perchoir, le 22 janvier dernier, d’Issiaka Sidibé, la presse locale s’est enflammée et a « enveloppé » dans un maelstrom de critiques le président Keïta. Pourquoi ? Parce qu’Issaka Sidibé, dont la candidature a été préférée à celle de Moussa Timbiné (Président de la jeunesse du parti RPM) et de Abdourramane Niang, n’est autre que le beau-père du fils de IBK, Karim Keïta, député lui-même. Décidément, l’arrivée au perchoir du « beau-père du fils » ne passe pas bien auprès de la presse, qui n’a d’ailleurs pas hésité à démontrer à IBK qu’elle n’est pas disposée à le caresser dans le sens du poil…

La tendance n’est pas à l’étonnement, mais plutôt à l’indignation et à la déception (une déception rentrée, pour le moment). Il n’y a pas à s’étonner parce qu’il y a eu un précédent avec la candidature pour la députation du fils d’IBK, Karim, qui a à l’époque fâché quantité de gens qui ont dit qu’il « flottait dans l’air un parfum de début de règne impérial ». Karim Keïta est député aujourd’hui. Et à peine le tollé provoqué par cet épisode se tasse qu’un autre survient : le beau-père (le père de l’épouse de Karim) du fils gagne le perchoir avec un score qui se passe de commentaires face au député Oumar Mariko du parti Sadi.

N’en doutons pas un instant, Issaka Sidibé a été élu par les députés, ce qui lui garantit la légalité et rend cosmétiques les critiques qui pleuvent en provenance de la presse et des rues de Bamako. Mais la seule ombre au tableau est que cela intervient sur un continent et dans un pays où un constat s’est enraciné, qui est « qu’un pays c’est le fils, le neveu, le beau-père, la nièce, le cousin, l’ami… » Et donc, l’ami, le fils, le neveu… du président peut se rendre coupable de toutes sortes d’actes repoussants, sans craindre la foudre la justice. La conséquence a été la nomination ou l’élection à quelque poste de responsabilité d’un proche du président, quelles que soient ses compétences intellectuelles et ses mérites, est toujours accueillie par un œil réprobateur. Cela demeure une constante.

Par ailleurs, il faut se garder de mettre sur le compte du hasard – comme l’a fait le journaliste Chahana Takiou sur le plateau de l’émission, « Le débat du dimanche » d’Africable- l’élection à la tête de l’AN du « beau-père du fils ». Le père est président, le fils est député et le beau-père occupe le perchoir ! Quel coup de griffe au slogan « Le Mali d’abord » ! Cela est tout sauf anodin, et relance les doutes et les suspicions sur la capacité et la volonté d’IBK de mener une rupture de gouvernance. Aussi, les suspicions se renforcent lorsqu’on sait que, le RPM (Rassemblement pour le Mali) afin d’ éviter qu’on en arrive là, aurait pu avoir la sagesse de mettre hors course Issaka Sidibé. Mais il semble que le parti n’a tiré aucune leçon du cas Karim Keïta.

En cautionnant la candidature d’Issaka Sidibé, beau-père de son fils Karim Keïta, le président Keïta prête le flanc aux critiques, donne une occasion belle à ses contempteurs et « épuise » petit à petit son droit à l’erreur. Les électeurs, eux, ne disent rien d’abord, le regardent à l’œuvre. Laissent faire. Accumulent colère et indignation. Se pincent les lèvres en signe de dépit. Se demandent où va le Mali. Vers un règne impérial ? A dire vrai, un grand nombre de Maliens ne sont pas d’accord avec la manière dont le pays évolue. Ils s’inquiètent d’ores et déjà, déplorent l’inexistence d’une opposition assumée. On a comme le sentiment que la classe politique roule à sens unique. Il est temps qu’IBK allume les clignotants, fasse attention. Pour éviter de voir son mandat s’achever dans une Bbérézina.

Boubacar Sangaré

Mali : quand le rap explose et dérape…

Tata pound: Dixon, Ramsès, Djo Dama photo:  http://rap2lacitedesdieux99.skyrock.com/2346568199-BIOGRAPHIE-DE-TATA-POUND-ACTUALISEE.html

Tata pound: Dixon, Ramsès, Djo Dama photo: http://rap2lacitedesdieux99.skyrock.com/2346568199-BIOGRAPHIE-DE-TATA-POUND-ACTUALISEE.html

Nous sommes en mars 2006. Le trio du groupe de rap Tata Pound, Ramsès, Dixon et Djo Dama, s’apprête à disséminer sur le marché son nouvel opus La « Révolution » . Mais, déjà, le premier tube de l’album, « Monsieur le maire », fait un tabac dans les rues de Bamako, bien qu’il ait été frappé par la censure et interdit de passer à l’ORTM. Le titre dérange, le trio y dénonce sans ménagement la cupidité de certains maires qui, à peine élus, se spécialisent dans la vente illicite et la distribution effrénée de terrains, jetant aux oubliettes les promesses faites aux électeurs. Dans le même registre de la dénonciation, le second titre «Yelèma (le changement)» parle de la vente des sociétés d’Etat, la privatisation de la Régie des chemins de fer, le bradage de l’énergie du Mali, la crise du football malien, l’emploi des jeunes, la santé… Ces deux chansons s’écoutaient à tout bout de champ dans les rues, on s’accordait à dire que les textes portaient un germe de dynamite. Le pouvoir d’ATT était sur la sellette, le groupe ne cessait de recevoir des menaces. Les rappeurs décidèrent alors de tenir une conférence de presse au cours de laquelle ils avaient alerté Amnesty International. Le régime les accusait d’être manipulés ; ils craignaient pour leur vie.

Cet album a marqué un tournant dans le microcosme du rap malien, avec l’engagement qui respire dans les textes, les paroles travaillées. Les jeunes rappeurs de Tata Pound, à l’époque comme toujours, revendiquaient un rap conscient, engagé, qui s’inspire des conditions de vie du bas peuple. Aussi disent-ils qu’ils ont subi l’influence des rappeurs comme I Am, Tupac Amaru Shakur.

De 2006 à nos jours, l’univers du rap malien a poussé comme un champignon, d’autres rappeurs et groupes de rap sont sortis de terre et semblent avoir donné une nouvelle orientation à cette discipline du Hip Hop. Le rap n’était d’ailleurs pas vu d’un bon œil dans une société où le rappeur était considéré comme un raté, quelqu’un qui ne serait jamais rien, qui faisait honte à sa famille et à tout le monde. Après Tata Pound donc, Zion B, Lassi King Massassi, Yeli Fuzo, Kira Kono (Kati), le paysage du rap a explosé avec l’arrivée de Mylmo, Master Soumi, Fuken, Penzy, qui, plus tard, ont formé le groupe Frère de la rue, et les groupes de rap Ghetto K’fry, Génération RR

Mylmo et la ‘’Tata Poundmania’

 

Mylmo N Sahel Photo: maliweb.org

Mylmo N Sahel Photo: maliweb.org

Comme indiqué plus haut, l’opus « La Révolution » a offert au groupe Tata Pound un moment de gloire, et accru son influence dans les couches défavorisées, surtout chez les jeunes, éclairant le pouvoir du rap, et mettant en sourdine les préjugés qui écornaient son image. L’intérêt des jeunes pour le rap a grossi, au grand dam d’un régime corrompu, bancal et autiste. C’est ainsi que, dans les trois dernières années, un rappeur a marché dans le sillage de Tata PoundMylmo.

En plus des politiques, ce dernier vise la société. Dans ses textes, il évoque le quotidien dur des jeunes qui, n’en pouvant plus des quolibets et des remontrances des parents, prennent le chemin de la migration en jurant de ne revenir qu’avec la richesse en poche. Mylmo N Sahel, comme il aime à s’appeler lui-même, parle de tout cela dans son titre « Bandjougou (c’est le nom d’une personne)» où il pointe la vénalité des parents qui violent le droit d’aînesse – sur lequel repose notre société- en étalant leur préférence pour le cadet lorsque celui-ci est plus riche que son frère.

Par ailleurs, dans « Bidenw (les enfants d’aujourd’hui) », il critique les jeunes avec une ironie douce-amère. Il s’en prend à cette jeunesse qu’il dit dévoyée, une jeunesse devenue experte dans l’art de consommer de l’alcool, qui se livre à la débauche, et se fourvoie dans les dédales de la médiocratie. C’est pourquoi ce rappeur, que tous ou presque tiennent en grande estime, est vu comme « La voix des jeunes » dans un pays où les systèmes éducatif, culturel et sportif se désagrègent, les familles se cassent, la société va à la dérive, le piston est plus important que le droit… On peut donc dire que Mylmo fait partie de ces rappeurs qui ont maintenu allumée la flamme d’un rap conscient, éloigné de la prise de bec artistique qui fleurissait sous d’autres latitudes.

Mais le microcosme du rap malien ne va pas lui aussi tarder à avoir ses « Tupac versus Biggie Smalls », ses « Booba VS Sinik ». Le clash, cette modalité du rap, a fait son irruption, et accaparé l’attention du public pour le plus grand bonheur du showbiz malien. C’est un fait, les groupes Ghetto Kafri, Génération RR … ont conduit le clash au Mali, à son apogée. Ils en sont même arrivés à s’affronter dans le clash underground (qui se déroule en direct, les rappeurs s’attaquent en improvisation). De fait, dans le clash, un rappeur prend à partie un autre ou plusieurs rappeurs qui, à leur tour, répondent dans un autre titre. C’est le phénomène auquel nous assistons, effarés et choqués, depuis quelques mois. Des clashes qui dominent la sphère du rap malien, le plus souvent de niveau série B, avec des textes crus et des paroles vulgaires. Les insultes dépassent souvent leur propre personne pour « s’engouffrer dans le pagne de leurs mères », celles-là mêmes qui leur ont donné le jour. Autant dire que c’est un rap qui perd la boule, déraille…

Réplique du duel « Tupac versus Notorious B.I.G », le rap dérape…

« Je ne dis pas que je vais changer le monde, mais je vous garantis que je vais susciter le cerveau qui va changer le monde », a confié Tupac Amaru Shakur (printemps 1996) au magazine Détails. Né à New York en 1971, ce rappeur, poète, activiste et acteur, est mort assassiné le 13 septembre 1996 à Las Vegas. La plupart de ses chansons s’inspiraient de la violence et de la misère dans les ghettos, du racisme et des conflits avec d’autres rappeurs. Il a marqué les esprits par son charisme, son « flow » et ses paroles. Depuis Tupac, la rivalité entre rappeurs, voire producteurs, existent. La rivalité qui a fait le plus de bruit dans le monde du rap est celle ayant opposé Tupac Amaru Shakur à Biggie Smalls, et qui s’est achevée dans un bain de sang. En effet, en 1996, Tupac enregistre Hit’Em up où il déclarait avoir eu des relations sexuelles avec Faith Evan, l’épouse de B.I.G.

En 2001, aux Etats-Unis encore, Jay-Z dans le titre « Takeover » dit qu’il avait couché avec la femme de Nas.

Les clashes qui enflamment l’univers du rap malien actuellement vont au-delà de ces obscénités. Ce sont souvent des paroles qui blessent la pudeur. La plus rude de cette rivalité est celle qui oppose Gaspi, Iba One, Sniper au rappeur Tal B. Il faut relever que Tal B et Iba One ont participé au rayonnement du groupe Génération RR, divisé au final. Proches, hier, en froid aujourd’hui. La toile de fond du conflit ne serait autre que le titre « La Paix » qu’ils devaient chanter ensemble, mais Tal B n’y a plus participé.

Dans son titre « Awo O Keledo », Tal B attaque Iba One :

« Va dire à ton père que sa copine a passé la nuit avec moi. Désormais, appelle-moi Tonton… (Traduction libre) »

Le public est divisé, et a l’attention excitée par ce duel oratoire qui ne fait que commencer. Comme il fallait s’y attendre, IBa One a surgi de son silence en offrant à Tal B et sa mère un morceau pour leur souhaiter « Bonne Fête de Tabaski » (le titre du morceau) :

« … Fils de mendiante, ta mère aurait dû faire de toi un pet. La copine de mon père qui a passé la nuit avec toi n’est autre que ta mère. Si tu passes la nuit avec ta mère, c’est que tu es un baiseur de mère. Un baiseur de mère…. Ta mère a fait trois mariages successifs. Tous les Maliens ont su maintenant que tu es un bâtard. Moi, je suis un fils unique, or toi, les enfants de ta mère ne sont même pas du même père. Il y a des Chinois, des Japonais… Les femmes bénies sont des grandes commerçantes, des grandes teinturières, des bureaucrates. Mais ta mère, elle, passe son temps devant sa table où elle vend de la salade… (Traduction libre)»

Et comme si cela ne suffisait pas, Sniper (Saïbou Coulibaly, son vrai nom) enregistre son titre « Bombe nucléaire » où il assène une sorte de coup de grâce à Tal B :

« Dis à ta mère de cesser de vendre de la salade. Qu’elle vienne pour que le chien de Gaspi la baise et lui donne de l’argent. (Traduction libre) »

Ce sont là des clashes que ne veulent pas entendre des passants dans la rue. Ils se bouchent les oreilles. Des clashes qui sont à deux doigts d’être une cicatrice sur la face du rap malien. C’est vraiment à désespérer d’une jeunesse dont les vrais combats sont ailleurs. Le rap malien n’a ni besoin d’un clash de niveau bac à sable, ni d’un rappeur dont le seul truc consiste à proférer des insanités. Il est donc raisonnable que ces rappeurs se ressaisissent. Il y va de l’intérêt de tous.

Boubacar Sangaré

Mali : ATT, les avocats du diable et le journalisme alimentaire

Amadou Toumani Touré, ancien président de République du Mali Photo: Malijet

Amadou Toumani Touré, ancien président de République du Mali Photo : Malijet

On a dit et redit que le Mali est un pays qui halète encore à cause de l’inconfort sécuritaire et institutionnel dans lequel l’a précipité la rébellion MNLA ayant charrié la horde de barbares d’Aqmi, du Mujao  et d’Ansar Dine. On a aussi dit que ce qui est arrivé à ce pays n’est pas simplement une question de terrorisme ou de rébellion, mais aussi celle d’une vacuité politique et d’une faiblesse de l’Etat. Un Etat brisé par la corruption, le népotisme, l’incompétence des dirigeants, et la kleptocratie. Un Etat dont les citoyens, offensés dans leur dignité et leur honnêteté, avaient fini par se coucher et s’en remettre…à Dieu.

Ce sont là des constats auxquels on ne doit rien enlever. C’est vrai, malgré l’instabilité dans laquelle marinent les populations de Kidal, le Mali commence à « décoller », avec les élections présidentielle et législatives qui ont permis de franchir un pas énorme sur le chemin de la sortie de crise. Les Maliens ont voté et attendent maintenant le « Mali Kura (le nouveau Mali) », débarrassé de la corruption, de l’injustice, et où il y aura une revanche sur les profiteurs du régime d’ATT, et ATT lui-même. Les Maliens, qui se sont sentis trompés et trahis, attendent de IBK qu’il juge tous ceux qui sont impliqués dans le pillage concerté de l’Etat malien.

Ces derniers temps, un communiqué de presse du gouvernement a fait du boucan, et vaut aujourd’hui au président Ibrahim Boubacar Keïta des accusations de toutes sortes lui attribuant même « un désir de vengeance». « Le gouvernement informe l’opinion publique nationale et internationale que l’Assemblée nationale, siège de la Haute Cour de Justice, vient d’être saisie par la lettre n°285/PG-CS du 18 décembre, d’une dénonciation des faits susceptibles d’être retenus contre Amadou Toumani Touré, ancien président de la République pour haute trahison. », peut-on lire dans le préambule du communiqué. Aussitôt publié, aussitôt placé au centre des polémiques dans la presse. Chacun y va de son commentaire, quitte à surenchérir.

« Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas changé d’un iota. Au contraire, il vient de prouver aux Maliens qu’il est animé par un sentiment de revanche (vengeance ?) sur l’histoire récente du pays. Cette vengeance le sert-il ? Cette vengeance sert-elle les Maliens qui cherchent à se réconcilier et à construire un pays meurtri et détruit ? (…) Que l’on ne s’y trompe guère, l’éventualité d’une poursuite contre ATT n’obéit qu’à une logique : celle d’humilier et de régler des comptes… » s’interroge et s’indigne le journal L’Aube dans un article digne d’un avocat du diable. Après lecture, j’ai tout de suite pensé à cette phrase de Tahar Ben Jelloun dans son roman L’Auberge des pauvres : « Dire ‘’oui’’ à tout et à tout le monde, c’est comme si on n’existait pas. »  C’est pourquoi je refuse de dire « oui » à cet article, j’use de ma liberté d’expression et de ma liberté de presse pour dire qu’il n’y a vraiment pas lieu de voir dans cette décision du gouvernement un sentiment revanchard ou une volonté d’humilier ATT et son establishment. Que c’est vraiment insulter notre intelligence que d’établir un rapport entre la réconciliation nationale et le procès visant ATT.

En l’espèce, il s’agit plutôt d’appliquer cette formule lancée par Thomas Sankara, le 19 octobre 1983, lors du ‘’Procès des affameurs du peuple’’ :

« Nous jugeons un homme pour rétablir des millions d’hommes dans leurs droits. Nous sommes, par conséquent, de fervents défenseurs des droits de l’homme et non des droits d’un homme. A la morale immorale de la minorité exploiteuse et corrompue, nous opposons la morale révolutionnaire de tout un peuple pour la justice sociale. (1) »

Oui, je suis d’accord avec Sami Tchak lorsqu’il écrit dans « La Fête des masques » ( p.62) :

« Et c’est pure incapacité ou paresse que de peindre le pire des ennemis exclusivement par ses travers répugnants, alors que l’ennemi, même s’il offre toutes les raisons d’être haï, demeure le frère de l’homme ».

C’est pourquoi, je ne résiste pas à l’envie d’écrire qu’ATT n’a pas été qu’un président pantin, sans autorité, mais qu’il a eu le malheur aussi de s’entourer d’incompétents et d’inconscients, qu’il a fait de bonnes choses. C’est vrai, les Maliens veulent se réconcilier, se pardonner. Mais je n’admets pas que mes confrères, tels des matamores, essayent de dédouaner ATT, qualifient d’inopportune et de revancharde la décision du gouvernement de juger Amadou Toumani Touré doit être jugé, tout comme Sanogo et tous ceux qui ont commis des crimes, et ce, quel que soit le crime, c’est- à-dire toute action condamnable par la loi.

Par ailleurs, il est difficile de ne pas dire que le délire provoqué par ce sujet pose aussi la question de l’indépendance de la presse. On sait que quand elle parle, c’est le plus souvent pour détourner l’attention des problèmes fondamentaux, et cela, à cause du per diem, ce « traquenard qui paralyse la plume et la voix des journalistes ». La presse s’agite au sujet de Sanogo, de ATT, mais son silence est assourdissant quant au prix du riz, de la viande, du poisson qui n’a pas baissé d’un iota, et que l’on patauge encore et toujours à Kidal, que….
Ah, le journalisme alimentaire !

(1) Justice du peuple chez Sankara, Grands procès de l’Afrique contemporaine, J. A, Sennen Andriamirado

Boubacar Sangaré