« La France ne mourra pas tant que… »

 

Elle arrangea sa perruque, les yeux pétillants derrière ses lunettes de vue. Elle expliquait un poème « Mourir de soif de faim » du poète malien Hamadoun Ibrahima Isseberé, tiré de son recueil Les Boutures du soleil. La professeur s’est laissée aller à dire que si dans nos pays si riches nous continuons à mourir de soif et de faim, c’est que le colonisateur vaut mieux que nos dirigeants actuels. Que…

« La France est une puissance en déclin. Elle devient de plus en plus féroce. Une puissance par nature est féroce, à plus forte raison une puissance en déclin. Aujourd’hui, la France n’a rien, rien! Quiconque se met sur son passage elle l’écrase. Vous savez, c’est maintenant que le Niger commence à profiter de son uranium. Et le Mali ne peut pas résister. On n’a pas le choix et on ferait mieux d’abandonner notre fierté  »malienne » mal placée.

Mais la France ne mourra pas tant que ses ex-colonies existent. Tant que le Mali, le Congo, le Niger, la Côte d’Ivoire… ne meurent pas, la France ne mourra pas. »

Bokar Sangaré