Littérature : L’envers de quel décor ?

Photo: Boubacar

Photo: Boubacar

« Ne pas obtenir ce que tu veux quand tu veux est parfois un coup de chance ».

Belle, simple, parfois révoltée, la prose de Safiatou BA est telle que le lecteur ne peut pas s’ennuyer pas. Dans le recueil « L’envers de quel décor », les sept nouvelles sont de longueur variée. La structure est assise d’une main ferme, l’écriture est simple, transparente même, mais puissante par son pouvoir d’évocation. La novelliste ne s’encombre pas du style académique qui souvent lasse le lecteur.

Safiatou BA dénonce à travers des chutes déconcertantes une société, malienne en l’occurrence, où les valeurs sociétales les plus élémentaires sont bafouées. Elle déconcerte son lecteur en y dénonçant l’hypocrisie de la société où l’adultère, l’infidélité, le mariage forcé, le viol, la trahison, l’amour du pouvoir semblent être devenus la norme. C’est le monde à l’envers ! La nouvelliste, qui vit à Washington, a de la société malienne une vision mi-figue, mi-raisin, déconcertante, à la limite du pessimisme. Une vision sombre qui inquiète, qui provoque quelques poussées de nostalgie chez celles et ceux qui estiment que les choses ne sont plus ce qu’elles étaient. Ces lecteurs là découvrent même L’envers du décor où rien ne fait partie du décor : tout se sait.

L’issue de certaines nouvelles trouble à n’en pas douter le lecteur. Des maris sont cocus au même titre que des épouses. Cependant, dans la douleur et la souffrance, seul l’espoir est grand, car « l’amour et l’espoir sont l’essence de ce voyage qu’on surnomme la VIE. »

Née le 29 avril 1964 à Kati, Safiatou Ba a fait ses études primaires à Kolokani. Elle a ensuite frequenté le lycée Askia Mohamed de Bamako avant d’entrer à l’Ecole Normale Supérieure de Bamako (ENSUP), au département d’anglais. Elle a réalisé l’essentiel de sa carrière dans le domaine du développement international. Depuis 2013, elle réside au Etats-Unis, où elle travaille au siège d’une organisation internationale.

L’envers du décor, Safiatou BA

Recueil de nouvelles, 121 pages, Jamana

Boubacar Sangaré