Au Mali, un communiqué de comptoir fait un clash

Le ministre malien de la Communication Choguel kokalla Maïga phoo: maliactu

Le ministre malien de la Communication Choguel kokalla Maïga
phoo: maliactu

C’est un communiqué qui a circulé sur les réseaux sociaux pendant toute la journée, alimentant des commentaires indignés des internautes qui n’en croyaient pas leurs yeux de ce qu’ils lisaient. Au point que parmi eux, certains ont avancé la thèse selon laquelle ce pourrait être un « fake », pour un peu calmer le débat. Il a fallu attendre le journal de 20 h sur la chaîne de télévision publique ORTM pour voir et entendre le ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, Choguel Kokalla Maïga, lire le même communiqué.

Communiqué du Gouvernement

Communiqué du Gouvernement

Reprenons par le début. De retour de Paris où il s’était rendu en visite d’État, le président Keïta a fait une déclaration à la presse dans laquelle il s’est attaqué violemment à Tiébilé Dramé, le chef du parti d’opposition Parena. Il l’accuse d’avoir voulu « saboter » sa visite, de « s’être rendu à Paris avant lui pour distribuer des tracts avec l’intention de lui nuire ». Et il conclut : « Dites à ce petit monsieur qu’il est temps d’arrêter ». Comme deux gamins de la rue voulant à tout prix en découdre, Tiébilé Dramé a rendu œil pour œil, dent pour dent. En réaction, il a démenti en bloc et en détail les accusations du président Keïta à son arrivée à Bamako, le dimanche 25 octobre 2015.:

« Dans la meilleure des hypothèses, le chef de l’État a été induit en erreur par ses informateurs, même dans ce cas il n’a aucune excuse ! » a estimé l’opposant.

La sortie d’IBK, bien qu’elle ait été un véritable délire verbal, n’a rien, mais absolument rien d’étonnant, quand on sait que cela est devenu sa marque de fabrique. L’on se souvient très bien de lui agitant une main menaçante en direction des agents corrompus de la haute administration, alors que la corruption fleurit. Mais au moment où l’on veut oublier cette pantalonnade cauchemardesque qu’a été sa sortie à l’aéroport contre Tiébilé Dramé, le gouvernement en a rajouté avec ce communiqué où le manque d’inspiration le dispute au pédantisme. Pour ne pas dire autre chose, c’était du grand n’importe quoi!

D’où vient l’idée que critiquer le président, ses actes et agissements, qu’on soit homme politique ou citoyen lambda, reviendrait à ne pas aimer son pays? En réalité, il faut que la classe dirigeante au Mali sache que de l’eau a coulé sous le pont, que le peuple a beaucoup évolué, alors que, elle, elle reste figée sur ses positions, sa façon de faire anachronique.

Dans le communiqué, il est écrit que « les Maliens ne sont pas dupes et savent reconnaitre le mérite ». Pourtant, avec un tel communiqué, le gouvernement a relégué les Maliens au rang d’abrutis, d’insensés incapables de faire par eux-mêmes un quelconque jugement. On a envie de dire : « merde, si vous n’avez rien à dire, fermez là et laissez nous à nos ananas! »

Cela vaut mieux que de « pondre » pareil communiqué de comptoir….

Boubacar Sangaré