dans L'etudiant malien

In memoriam : Gaëtan Mootoo, une voix…

 Gaëtan Mootoo. Une voix. Un lundi matin. Le numéro m’était inconnu, mais la blague avec laquelle il m’a abordé a suffi à me détendre :

« Tu as décliné notre rendez-vous dimanche pour un mariage auquel tu as refusé de nous inviter. Les dimanches à Bamako, c’est les jours de mariage ! ».

Nous sommes partis tous les deux d’un fou rire. Il a décliné son identité et m’a mis dans la confidence d’une mission qu’il était en train de préparer à Gao, dans le nord du Mali. Ce qu’il voulait, c’était une cartographie des groupes armés qui opèrent dans cette ville, toujours engloutie par le feu des attentats.

C’est le souvenir qui s’est imposé à mon esprit quand j’ai appris la nouvelle de son décès, dans un message WhatsApp. Lui aussi est « allé pour ce village qui n’a pas de chemin de retour ».

Il a décidé de partir, loin de cette humanité déshumanisée, qui ressemble de plus en plus au zèbre qui ne porte plus de zébrure et donc doit être appelé autrement. Si j’ai quelque chose d’autre à agrafer à mon témoignage, c’est de dire que Gaëtan nous a éclairés sur les violations des droits humains avec la lampe de la crédibilité et de la vérité, et s’est acquis une renommée sans ombre en restant digne de Cyrus le Grand. Peut-être que c’était pour nous préparer comme un général la bataille à affronter ces temps troublés.

Au Mali, on gardera comme une relique le souvenir d’un juste qui, ces derniers temps, aura fait face au code obstiné du déni de réalité des gouvernants sur les charniers qui ne cessent de se multiplier, des écoles fermées dans le centre renvoyant à la rue des milliers d’enfants privés ainsi d’un droit fondamental. Repose en paix Gaëtan Mootoo !

Bokar Sangaré

The following two tabs change content below.
bouba68
Boubacar Sangaré a étudié les Lettres modernes à l'université des Lettres et des Sciences humaines de Bamako. Ancien collaboraeur des journaux Le Flambeau, La Nouvelle Patrie, Le Pays, Mondafrique (Paris), il écrit pour Journal du Mali, Les Echos, Le Courrier du Maghreb et de l'Orient. Il a été assistant de langue française à Bates College (Université, Etats-Unis).

Ecrire un Commentaire

Commenter