Mali: le pays ou la réélection ?

 

IBK de passage à Kalabancoro, au sud-est de Bamako, en 2014.
Photo: Boubacar

Entendu mardi soir sur une radio : un député a dit avec la fierté d’un champion de lutte traditionnelle sénégalaise que la réélection d’Ibrahim Boubacar Keïta, dit  » IBK « , était gravée dans le marbre. Rêve éveillé ou réalité, on attend de voir. En quoi est-ce important ? Simplement parce que la voix qui ânonnait dans la radio a fasciné le chroniqueur partagé entre rire et tristesse à l’idée que c’est désormais le sujet qui fait courir tout le monde, notamment dans les arcanes de la scène politique : la présidentielle.

Il y a désormais ceux qui y croient et ceux n’y croient pas (à la tenue). Et on en parle chaque jour comme s’il s’agissait de défendre un club de football. Mais au-delà de la présidentielle, c’est la réélection d' » IBK  » qui est devenue un ballon de foot politique.

Des ministres prennent le masque serein du  » griot  » pour dire les louanges du président et  » impressionner la masse « . La réélection, c’est ce qui leur plaît et ils ne veulent entendre parler que de ça parce que ça arrange leurs convictions, s’ils en ont. Ceux qui suivent les médias d’État ont droit tous les jours à un matraquage publicitaire qui ne dit pas son nom sans que personne ne se soucie de savoir si cela est  » casher  » ou pas. Des pleines brouettes de flagorneries dégueulasses sont déversées chaque jour dans les colonnes de certains canards serviles.

 

La stratégie est déjà en marche et elle est savamment huilée. Vous avez lu  » L’orgueil du désert  » de Djeneba Fotigui Traoré ? Dans ce roman primé l’année dernière, il se passe la chose suivante : pour faire part de l’affaire-rebelle aux autres citoyens à travers la presse, le président use d’une stratégie. Pour lui,  » tout le monde a le droit de savoir, l’information est capitale pour la survie de la démocratie. Mais pourtant, il faut que le peuple ne sache que ce qu’il doit savoir, le reste, il doit l’ignorer, complètement.  »

Des marches, mêmes pacifiques, sont réprimées, des journalistes arrêtées à leur rédaction comme une bande de frappe, achevant de confirmer tous ou presque dans l’idée que «  Big brother is watching you « . Qu’il se déclare candidat à sa propre succession ou pas, la réélection du président Keïta, qui ne cesse d’essuyer les tirs de barrage de l’opposition, des anciens membres de la majorité présidentielle et d’une partie de la jeunesse, est devenue une obsession : c’est un fait.

Mais, et le pays ? Tous ceux qui ne refusent pas de voir savent qu’il reste toujours aux creux de la vague. Qu’il croule au fond de la crise, car elle est toujours là la crise. Les soldats qui tombent comme des mouches, les mines qui explosent et qui n’épargnent ni civils ni militaires, les assassinats et braquages ne sont rien de moins que son prolongement camouflé.

Et ceux qui ne savent pas doivent le rentrer dans leur crâne une bonne fois pour toute : cette crise n’est pas une de ces crises passagères. Non ! Elle s’attaque à la structure même de l’État, du pays, de la classe dirigeante, des communautés et surtout à la façon dont le système est organisé. Il s’agit de ce système de réseaux de patronages néo-patrimoniaux. C’est aussi à croire que les leçons apprises dans les précédentes crises sont sorties par l’autre oreille.

Peu importe qu’il soit réélu ou pas pour le chroniqueur. Il n’a rien contre IBK qui, a-t-il écrit il y a quelques années,  » est entouré de gens dont les objectifs ne sont pas les siens. Qui ne sont pas prêts à se battre avec lui pour édifier ce pays. Et qui ne veulent que les postes, le pouvoir et les privilèges.  » Il s’agit aujourd’hui plus de sauver un pays que de réélire  » IBK  » dont les partisans semblent toujours en mode frontal, prêts à en découdre. Or, le pays est plus important que la réélection.

Dans un récent entretien qu’il a accordé au chroniqueur pour un média étranger, Ousmane Sy a été on ne peut plus clair : la conquête du pouvoir n’est utile que lorsqu’il y a un pays.

 

Bokar Sangaré

Mali: les angoisses d’un pays

 

Tombouctou, Mali crédit photo: Maliweb

Si le Mali croule encore au fond de la crise, des inquiétudes, c’est parce qu’à la différence de Pandore, nous n’avons jamais eu de Zeus capable d’ordonner la fermeture de la jarre dont nous avons soulevé le couvercle pour répandre sur notre terre tous les maux qu’elle contenait 

Cette chronique aurait pu s’intituler Les angoisses d’un monde, faisant référence à l’intemporel roman de Pascal Baba F. Couloubaly qui, je vois ça d’ici, prend de la poussière dans nombre de tiroirs. Mais ce n’est le pas le sujet. J’ai oublié qu’on ne parlait pas de littérature, porteuse de valeurs, de morale et de thérapie dans un pays ou un monde où les antivaleurs tiennent lieu, pour reprendre Marcel Proust, de « parangons de vertu ». Un pays, un monde où la meute de « nouveaux chiens de garde » tapis dans les limbes des portails et sites d’informations n’attendent qu’un zeste de critiques dirigées contre le pouvoir pour sortir ses dents. Cela prouve quoi ? Une seule chose : tout simplement que si le pays croule encore au fond de la crise, des inquiétudes, c’est parce qu’à la différence de Pandore, nous n’avons jamais eu de Zeus capable d’ordonner la fermeture de la jarre dont nous avons soulevé le couvercle pour répandre sur notre terre tous les maux qu’elle contenait : la guerre, la famine, la misère, le vice, la tromperie, la passion, l’orgueil, la maladie…

 

Notre histoire récente a été entachée d’erreurs regrettables, et on pourrait dire que c’est le lot de toute aventure humaine. Mais s’il y a une préoccupation plus sérieuse pour nous aujourd’hui, c’est d’accepter de parler de nous-mêmes tels que nous sommes, de notre situation, de notre condition, notre position dans le monde. Rien de tel ne s’observe dans les spectacles offerts en longueur de journée par les politiques, la presse, les instituts de sondage, et dont les Maliens de Bamako trouvent du plaisir à se repaître. Il n’en ressort rien d’intéressant, sinon qu’un fossé désormais infranchissable sépare les acceptants et les contestataires du président Keïta qui, à ce qu’il semble, affiche l’air d’un otage de puissants intérêts politiques, économiques qui tiennent plus à un second mandat qu’au vieux cœur qui bat dans la poitrine de celui qu’ils veulent réélire en 2018.

 

Pendant ce temps, le Mali ressemble chaque jour davantage à un navire qui chavire et qui n’attend que le sinistre moment pour sombrer, couler. Alors que ce qu’il faut, c’est une redéfinition des camps en ce que Pas cal Baba Couloubaly, revenons à lui, appelle dans Les angoisses d’un monde, « la roue qui abat et la montagne à abattre ». Chaque Malien devrait « faire partie de l’engrenage de la roue qui tourne constamment, dont les dents sont faites de volontaires de bien, et à chaque fois qu’un volontaire y adhère, elle aplanit une bosse, une irrégularité de la montagne qu’elle s’est promis de raser ». Les montagnes de difficultés à raser pour redresser le Mali, il y en a : des militaires qui désertent parce que l’armée a failli sous le poids de la sclérose, une guerre qui ne dit pas son nom au nord et au centre et qui apporte chaque jour son lot de militaires tombés sur un front qui n’existe pas, de voitures, camions sautant sur une mine, l’éducation paralysée, la poussée de la jeunesse…

 

Si on n’y arrive toujours pas, c’est qu’il faudrait peut-être regarder jusqu’au dedans des choses. Alors, que faire ? L’excellent Ousmane Sy, que l’on peut accuser de tout sauf de se cacher derrière ses petits doigts, a pourtant posé le problème de façon pertinente : il faut dépasser les clivages personnels pour sauver le Mali. Pour cela, « les différentes composantes de la nation doivent se mettre en dialogue pour esquisser les contours d’un nouveau Mali ». Rien qu’à voir Ousmane Sy écrire ça comme ça, le froid dans le dos l’emporte sur la tristesse. Parce que pour nous, en démocratie, le parti au pouvoir dirige, l’opposition s’oppose.

  1. S

Mali: la nost-ATT ou le syndrome du peuple qui ne grandit jamais

 

ATT et son épouse descendent l’avion présidentiel malien parti les chercher à Dakar/ Photo: VOA

 

Amadou Toumani Touré est parti par la petite porte en 2012, dans l’humiliation, l’impossibilité, le ridicule pour finir par revenir par la grande porte en 2017, dans l’honneur. Sans oublier que son retour continue de faire l’objet d’une tentative de récupération politique à l’allure d’une remise en selle de celui qui avait été honni, traité de tous les noms. La logorrhée officielle a placé son retour sous le signe de la réconciliation et la paix, devenues une sorte de ritournelle servie à toutes les occasions. Une seule évidence demeure : la réconciliation et la paix n’avancent pas.

La question est pourquoi : parce que, dans les hautes sphères de l’Etat voire au sein de la classe politique, personne ne veut ouvrir les yeux sur les vrais problèmes du pays. Personne ne veut comprendre qu’on fait du surplace, que la situation actuelle reste identique à celle de 2012, quand ATT tenait les rênes du pays, avec des terroristes et des groupes armés au nord et le président et son gouvernement au sud. Entre les deux, il y a ce peuple dont une partie s’est déjà transformée en une « brigade d’acclamation », pour reprendre Serge Halimi.

 

La foule qui a accueilli le retour d’ATT était nostalgique. Nostalgique du pouvoir de celui qui en a été privé par les militaires, à cause d’une gestion que beaucoup jugeaient catastrophique. Cette nostalgie, qu’elle soit une gifle flanquée au pouvoir actuel ou pas, renvoie un message visant à faire croire que la situation en 2012 était meilleure que celle d’aujourd’hui. Des générations entières sont nostalgiques, accrochées jusqu’au dernier souffle à la conjoncture. Alors qu’aujourd’hui, force est de faire comprendre que le vrai problème de ce pays est structurel et non conjoncturel. Il ne sert à rien de ressasser que c’était mieux sous Modibo Keîta que Moussa Traoré, sous Alpha Oumar Konaré que ATT ou IBK.

 

Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est une véritable remise en cause de la structure même de l’Etat dont nous sommes nombreux à dire qu’il est « anthropophage » car mange ses fils, de cette administration « mongolienne » caractérisée par la lourdeur et de ses fonctionnaires qui ne savent faire rien d’autre que fonctionner, de ce mal-être malien qui consiste à faire semblant.

Les Maliens et même les partenaires du Mali se demandent pourquoi on n’avance pas. La réponse est pourtant simple : parce que tout le monde fait semblant. Parce qu’au-delà des belles paroles, il y a très peu de patriotisme dans ce pays. Parce qu’au lieu de créer des citoyens, notre démocratie a fabriqué des bigots qui ressemblent tellement à « cette masse dont la vie, telle celle des bêtes, se résumait à chercher à bouffer, à chier, à copuler, à enfanter, à crever, cette masse dégoutante. » dont parle Sami Tchak dans La Fête des masques.

 

Pour ce peuple, c’est ATT qui avait raison sur la guerre au Mali. Tout le monde se plantait. Hier, c’était Moussa Traoré qui avait vu juste : les Maliens n’étaient pas faits pour la démocratie. Avant lui, Modibo Keïta avait eu la circonstance atténuante d’avoir voulu construire une société socialiste, qui s’est soldé par un échec. D’autres ont dit ici que ceux qui ont remplacé les colons n’ont fait que privilégier leur intérêt personnel. Seul le peuple ignore lui-même qu’il a toujours eu tort. Et qu’il reste ce bébé éternel qui ne grandit jamais, à qui l’on se plait déjà à vendre l’idée selon laquelle c’est une chance pour le Mali d’avoir ses anciens présidents. Alors que si on est devenu ainsi aujourd’hui, c’est à cause d’eux. Mais aussi nous-mêmes pour avoir toujours vu la vie en rose et n n’avoir jamais vu plus loin que nos nombrils que nous avons toujours pris pour le centre du pays, du monde voire de la vie.

 

ATT est de retour, et il faut lui souhaiter la bienvenue mais pas plus. Ceux et celles qui ont cédé à une dialectique de l’euphorie en voyant dans son retour une bénédiction auront tôt fait de se réveiller et regarder les vrais problèmes en face, car il y en a. Et l’avenir dira si celui qu’on présente comme « L’enfant du centre » pourra oui ou non être de quelque importance dans la crise qui déchire ces régions. Ou bien si, l’euphorie du retour d’ATT passée, nos députés, maires, ministres, juges, policiers, militaires, politiciens vont continuer à nous traiter avec la même arrogance qui, même s’ils l’ignorent, n’est autre chose que l’arme des incompétents et des gens qui ne sont pas sûrs d’eux-mêmes.

B. Sangaré

 

Mali, trois ans après : le Président au sud, les terroristes et les groupes armés au nord

 

www.maliondesmedias.ne

www.maliondesmedias.ne

Effroyable situation que celle que connaît le Mali trois ans après l’élection au pouvoir d’Ibrahim Boubacar Keïta, avec 77,62% des suffrages exprimés. C’était en 2013. C’était le temps des grands discours de celui qui passait pour le « kankeletigui », qui n’a qu’une seule parole. C’était aussi le temps des rêves pour tout un peuple qui, fatigué de son quotidien tout sauf miellé, avait cru bon d’espérer que le bout du tunnel était proche. Et que d’un coup de baguette magique, IBK évacuerait tous les problèmes qui empêchent le pays de remonter la pente de la crise.

Car il ne faut s’illusionner, elle est là la crise et tous ceux qui ne refusent pas de voir ont la douloureuse impression que l’on fait du surplace. Au sud du pays, un président et ses ministres s’occupent de « non-gérer » le pays. Ils sont peut-être conscients – qui sait ? – qu’ils ne contrôlent rien quant au devenir de ce pays qui, quoi qu’on dise, est sous tutelle de qui on sait et sent la gangrène. Un pays où aucun changement important ne se produit, sinon l’assise clanique du pouvoir, la dérive oligarchique, le clientélisme, le népotisme. Au Nord, les terroristes et les groupes armés continuent de faire la pluie et le beau temps. Résultat, les tirs d’obus, les attentats et embuscades, les affrontements font désormais partie intégrante du quotidien des populations. Voilà qui résume la situation au Mali. C’est-à-dire qu’elle reste identique à celle de 2012, avant le coup d’Etat qui a débarqué le président Touré, qui continuait aussi à gesticuler à Bamako pendant que les groupes terroristes et la rébellion label MNLA prenaient racine dans le nord du pays.

Statu quo donc, n’en déplaise à quelques inféodés du régime qui semble oublier qu’au Mali, « la vie au Mali, ce n’est pas comme dans un clip de rap » où tout est rose, « nickel », tout brille.

IBK a été élu pour construire un Etat de droit, le rendre fort comme jamais il n’a été depuis 1960, reformer l’armée, réconcilier les Maliens, lutter contre la corruption. Sur ces principaux chantiers, ça saute aux yeux que son régime n’en mène pas large et, pis, semble adopter le mensonge effronté comme marque de fabrique, les intimidations, les attentes à la liberté d’expression et que sais-je encore. Dire cela, ce n’est pas être anti-système ou contre IBK. Non, cela n’a rien à voir. C’est juste faire preuve de réalisme, et dire que les choses ne sont toujours pas comme elles devaient être.

Bien sûr, on pourrait objecter que les gens veulent des réponses, des résultats tout de suite, et que ça n’existe nulle part. Mais le fait est que, encore une fois, il n’y a presque pas de facteur d’optimisme. En tout cas, pas pour la jeunesse, dont on dit qu’elle est l’avenir du pays, mais pour qui l’horizon reste bouchée. Et il est vraiment intéressant de rappeler ce qu’écrivait il y a deux ans Abdoul Madjid Thiam : «Tout compte fait, le système d’IBK n’en mène pas large. Il ne devra d’ailleurs sa notoriété à rebours qu’aux scandales : avion par-ci, armement surfacturé par-là. Café moulu acheté à prix d’or aujourd’hui, projet d’extension de la résidence privée aux frais du contribuable demain… SBM par-ci, Kagnassy par-là. Guo-Star, Végal, Cour suprême… Rien de positif pour l’avenir, pour la création d’emplois, pour la réduction de la pauvreté et pour la tranquillité publique. Toutes les promesses sur la moralisation de la vie publique, la bonne gouvernance des ressources financières et humaines, la réhabilitation de la justice, de l’école, de la santé s’effacent donc devant la quête effrénée de luxe à tout prix. M. président, il y a vraiment à désespérer de ce mandat qui n’est pas du tout favorable à un renouvellement de bail, hélas ! » C’est là un constat, virulent certes, mais auquel il n’y a rien à modifier aujourd’hui. Il faut dire les choses telles qu’elles sont.

Boubacar Sangaré

Au Mali, un communiqué de comptoir fait un clash

Le ministre malien de la Communication Choguel kokalla Maïga phoo: maliactu

Le ministre malien de la Communication Choguel kokalla Maïga
phoo: maliactu

C’est un communiqué qui a circulé sur les réseaux sociaux pendant toute la journée, alimentant des commentaires indignés des internautes qui n’en croyaient pas leurs yeux de ce qu’ils lisaient. Au point que parmi eux, certains ont avancé la thèse selon laquelle ce pourrait être un « fake », pour un peu calmer le débat. Il a fallu attendre le journal de 20 h sur la chaîne de télévision publique ORTM pour voir et entendre le ministre de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, Choguel Kokalla Maïga, lire le même communiqué.

Communiqué du Gouvernement

Communiqué du Gouvernement

Reprenons par le début. De retour de Paris où il s’était rendu en visite d’État, le président Keïta a fait une déclaration à la presse dans laquelle il s’est attaqué violemment à Tiébilé Dramé, le chef du parti d’opposition Parena. Il l’accuse d’avoir voulu « saboter » sa visite, de « s’être rendu à Paris avant lui pour distribuer des tracts avec l’intention de lui nuire ». Et il conclut : « Dites à ce petit monsieur qu’il est temps d’arrêter ». Comme deux gamins de la rue voulant à tout prix en découdre, Tiébilé Dramé a rendu œil pour œil, dent pour dent. En réaction, il a démenti en bloc et en détail les accusations du président Keïta à son arrivée à Bamako, le dimanche 25 octobre 2015.:

« Dans la meilleure des hypothèses, le chef de l’État a été induit en erreur par ses informateurs, même dans ce cas il n’a aucune excuse ! » a estimé l’opposant.

La sortie d’IBK, bien qu’elle ait été un véritable délire verbal, n’a rien, mais absolument rien d’étonnant, quand on sait que cela est devenu sa marque de fabrique. L’on se souvient très bien de lui agitant une main menaçante en direction des agents corrompus de la haute administration, alors que la corruption fleurit. Mais au moment où l’on veut oublier cette pantalonnade cauchemardesque qu’a été sa sortie à l’aéroport contre Tiébilé Dramé, le gouvernement en a rajouté avec ce communiqué où le manque d’inspiration le dispute au pédantisme. Pour ne pas dire autre chose, c’était du grand n’importe quoi!

D’où vient l’idée que critiquer le président, ses actes et agissements, qu’on soit homme politique ou citoyen lambda, reviendrait à ne pas aimer son pays? En réalité, il faut que la classe dirigeante au Mali sache que de l’eau a coulé sous le pont, que le peuple a beaucoup évolué, alors que, elle, elle reste figée sur ses positions, sa façon de faire anachronique.

Dans le communiqué, il est écrit que « les Maliens ne sont pas dupes et savent reconnaitre le mérite ». Pourtant, avec un tel communiqué, le gouvernement a relégué les Maliens au rang d’abrutis, d’insensés incapables de faire par eux-mêmes un quelconque jugement. On a envie de dire : « merde, si vous n’avez rien à dire, fermez là et laissez nous à nos ananas! »

Cela vaut mieux que de « pondre » pareil communiqué de comptoir….

Boubacar Sangaré