Liebster Blog Award, quand tu nous tiens !

Boubacar

Boubacar, à Dakar. photo-credit: Boubacar

Mondoblog oblige, mon tour est arrivé de monter à bord de la grande pirogue de Liebster Blog Award avant qu’elle n’arrive à destination. Je dois avouer que, franchement, il ne m’a pas été facile de savoir de quoi il retournait et c’est pourquoi ai-je pris explications auprès de nombre de confrères qui- qu’ils en soient remerciés- ont mis du plaisir à m’orienter. A ce sujet, j’ai une pensée émue pour Mylène Colmar, Mamady Keïta, Sara et Emile Bela… qui m’ont fait l’honneur de choisir mon blog L’Etudiant Malien parmi leurs 11 blogs préférés.
Oui, bien entendu, les risques de contagion du phénomène Liebster Blog Award sont importants, et j’ai bien du mal à deviner celui qui sera épargné. Liebster Blog Award, c’est, à mon sens, la traduction d’une envie longtemps réprimée des Mondoblogueurs de pénétrer peut-être l’intimité des uns et des autres et même au-delà. La voie est libre à celui qui veut démentir !
Passons donc à l’attaque. L’exercice, comme chacun le sait, consiste à dire 11 choses sur moi, à répondre aux 11 questions de la (des) personne (s) qui m’ont nominé et à en poser 11 à mes 11 blogs préférés.
Avant d’aller loin, je dois préciser que je vais observer une règle que j’ai apprise à la faveur de la lecture de la postface du roman L’Etrange Destin de Wangrin d’Amadou Hampaté Bâ (j’étais au lycée à l’époque). La règle dit que dans la bienséance africaine traditionnelle, « l’élégance consiste à ne jamais dire de bien de soi, à ne jamais se vanter de ses bienfaits et, au contraire, à se rabaisser, à s’attribuer les pires défauts. » Selon l’adage, poursuit Hampaté Bâ: « L’homme n’est pas bon dans sa propre bouche ». Autrement dit : il n’est pas de bon goût que l’homme parle en bien de lui-même.

image Wangrin

 

image de couverture de Hampaté Bâ.Photo-credit: Decrite

11 faits sur moi
1- Je suis d’une timidité maladive
2- Je n’ai jamais aimé mais j’ai apprecié une fois
3- Je n’ai jamais dansé
4- Je n’aime pas porter des jugements sur le comportement des autres car, dit Wangrin, l’homme « c’est la bête qui ne se croit pas bête, alors qu’elle paît nuit et jour dans la prairie des betises.
– C’est l’être qui s’aime si bien qu’il ne sent pas sa propre mauvaise odeur, alors qu’il repugne à la moindre odeur chez les autres.
– C’est un être faible et tendre pour lui-même et dur et feroce pour les autres. » (L’Etrange destin de Wangrin, Amadou H. Bâ)
5- Je ne fume pas
6- Je ne bois pas
7- Je joue au football mais je ne supporte pas le Barça
8- Je n’aime pas être trop serieux, car Tierno Bokar a dit à Hampaté Bâ que « toujours trop serieux n’est pas serieux… »
9- Je n’ai jamais été dans une boite de nuit
10- Tout le monde, dans ma famille, ignore le jour et le mois où je suis né
11- J’aime le silence
Mes reponses aux questions de Mylène Colmar, Sara, Mamady Keïta et Emile Bela
1- Quelle est votre ville préférée ? (Mylène et Mamady)
Tombouctou
2- Quel moment honteux de votre vie oseriez-vous nous raconter ? (Mylène)
C’est le jour où mon père m’a administré une correction memorable dans la cour de l’ecole. J’étais en première année et séchais en permanence les cours. J’étais là tout honteux, devant les enseignants et les élèves.
3- Quelle série télévisée a marqué votre jeunesse ? (Mylène)
Marimar
4- A quel âge aimeriez-vous mourir ? Pourquoi ? (Emile)
J’aimerais mourir dans la cinquantaine. Parce que, pour moi, le monde n’est qu’une demeure temporaire, donc il ne sert pas à grand-chose de vouloir y rester longtemps. D’ailleurs, toute vie est un jour appelée à ne plus vivre !
5- Comment avez-vous choisi votre titre de blog ? (Mylène)
J’ai choisi le titre de mon blog en me referant à une chronique hebdomadaire que publie dans La Nouvelle Patrie et Le Flambeau intitulée La Chronique de L’Etudiant.
6- Croyez-vous en la fin du monde ? (Mylène)
Oui, je crois en la fin du monde.
7- Que considérez-vous comme votre plus grand defaut ? (Mamady)
Mon plus grand defaut est que je suis un jeune homme renfermé.
8- Quel message voudrais-tu passer aux tunisiens ? (Sara)
A propos de la Tunisie, il n’est pas rare d’entendre des confrères parler d’un echec du Printemps arabe, au constat que les elections ont porté au pouvoir les Islamistes d’Ennahda qui veulent maintenir les mentalités dans la regression. Dans l’Avant Propos de son recent essai Etre Arabe Aujourd’hui, Akram Belkaïd écrit ceci : « Mais, aujourd’hui, une nouvelle ère commence : Tunisiens, Égyptiens mais aussi Libyens, Bahreïnis, Syriens, Algériens, Jordaniens, Yéménites ou Marocains savent que la liberté n’est plus une chimère. Même si elle est lointaine, ou encore difficile à atteindre, elle n’est plus recouverte par les brumes opaques de la résignation et de cette haine de soi que fait naître la dictature chez tout être humain. Le Printemps arabe ne fait que commencer et son champ des possibles est immense. Bien sûr, les tyrans qui sont encore au pouvoir vont exercer davantage de violence et commettre bien des horreurs pour ne pas être emportés par le vent de l’Histoire. Bien sûr, il y aura des régressions, des guerres civiles et des coups d’État militaires. Mais il est des défaites qui préparent la victoire. Proclamer dès à présent, avec dépit et résignation, l’échec du Printemps arabe est tout simplement prématuré, comme l’a si bien écrit le journaliste et essayiste Jean-Claude Guillebaud.
« Les balles franquistes qui tuèrent Federico Garcia Lorca le 19 août 1936 près de Grenade n’ont jamais fait taire ses poèmes… Les tracts-lys qui furent distribués hier à Tunis ou au Caire ou le sont encore aujourd’hui, de Benghazi à Damas en passant par Sanaa, auront la même fonction (fécondatrice) que le Canto jondo (chant profond) andalou de Lorca. Ils habitent désormais la conscience du monde et nous interdisent de parler d’échec ou de “reprise en main”. »
9- Quelle est votre citation préférée ? (Mamady)
« Tout Soleil connaitre un coucher… », aimait à dire Wangrin.
10- Que préférez-vous : écrire ou compter ? (Mylène)
Je préfère ecrire.
11- Quel sujet n’abordez-vous jamais sur votre blog ? (Mylène)
L’homosexualité.

Mes 11 blogs préférés
1- Fasokan, le blog de Boukary Kanouté
2- Les Nouvelles du Mali, le blog de Faty
3- Femme caribéenne, créole, le blog de Axelle
4- Montrealanyways, le blog de Nicolas Dagenais, qui parle de tout et de rien
5- Politique 101, le blog de Daye Diallo, le politologue de la maison
6- Ma guinée plurielle, le blog d’Alimou Sow
7- Le bruit du Silence, le blog d’Aphtal Cissé
8- Generation Berlin, le blog de Manon Heugel
9- Eg si lène ak diam!!!, le blog d’Ameth Dia
10- Kamer Konossa, le blog de Florian N’gimbiss
11- Entre  Medina et  belle etoile, le blog de pascaline

Mes 11 questions
1- Vous croyez au destin ?
2- Que pensez-vous de la mondialisation
3- Vous pensez à quoi en ce moment ?
4- Quelle est, selon vous, la ville la plus connue du Mali, plus connue que le pays même ?
5- Êtes-vous superstitieux ?
6- Quel est votre livre préféré ?
7- Pensez-vous que la démocratie est une panacée ?
8- Pourquoi aimez-vous le voyage ?
9- Quelle est votre citation préférée ?
10- Vous aimez danser ?
11- Que pensez-vous de Facebook ?

Voilà, all is well that ends well!

Boubacar Sangaré

Au revoir Dakar, au revoir…

Assis devant l’écran de l’ordinateur, mes doigts hésitaient entre mille mots, mille mots qui, tous, suffisaient à exprimer le sentiment dont j’étais rempli. Pendant quelques jours, je me suis senti éloigné de la peur dont tous les maliens, jeunes gens, femmes et hommes, se réveillent cernés du fait d’une guerre lancée contre les terro-djihadistes qui avaient fait du Nord du pays un nid. Pendant quelques jours, des visages qui m’étaient étrangers m’ont redonné la force de me battre, me battre pour un monde fait de diversités.. Pour un monde où les frontières seront encore plus artificielles.

La nuit tombe. Dans la chambre, je suis seul et écoute discuter dehors des Mondoblogueurs, maliens, centrafricains, haïtien, togolais… Les échanges sont chaleureux et concernent tous les sujets. Mais, ils n’ont pas le même ton que celui que nous avons eu un jour, dans le bus, avec William Bahiya, à qui il ne manque que deux ou trois années  d’études en psychiatrie pour être un Frantz Fanon confirmé. William a été désolé d’entendre dire que Mylène Colmar et Axelle, guadeloupéennes, étaient des noires mais pas africaines.

_ Mais,William, elles ne sont pas des africaines!, a laissé entendre Daye Diallo, qui étudie au Québec mais vient de la Guinée Conakry

_ Ah bon? C’est pourquoi je suis contre le fait d’envoyer nos fils étudier au Canada, a répondu William, très remonté. Comment tu oses dire qu’elles ne sont pas africaines?

Des rires ont fusé. Des rires bruyants. Daye Diallo s’est retiré du débat qui était à deux doigts de virer à la dispute.

Dans ces derniers jours, Mylène et Axelle évitaient d’être dans le même bus que William, par crainte d’un autre débat violent.

Bientôt, tous ces sourires qui rayonnaient des visages si beau ne seront qu’un point noir. Des sourires légendaires. Bientôt nous allons tourner le dos à Dakar. Dakar et son froid. Dakar et ses belles filles qui jouent les « Leuk-le-lièvre »… Dakar et ses « taximan » qui feraient mieux

Les Mondoblogueurs

Les Mondoblogueurs

de rouler avec une carte de la ville avec eux…

Au revoir Dakar, au revoir tous et toutes. Good bye and Thank you